mardi 24 avril 2012

24/04/2012...Russie, Fuite de pétrole dans l'Arctique russe


 Les autorités russes ont fait état lundi d'une fuite de pétrole au gisement de Trebs, dans l'Arctique, ayant affecté jusqu'à 8000 m2 de la banquise et qui aurait été maîtrisé dimanche aprés plus de deux jours de fuite.

La fuite a commencé vendredi après que des ouvriers aient tenté de réouvrir un vieux puits, ce qui a malheureseument entrainé une fuite incontrôlable pendant 37 heures. 

 Le gouvernement de la région des Nenets a estimé la zone affectée à 5000 m2, alors que selon le ministère des Ressources naturelles elle s'élèverait à 8000 m2. 

 Le puits est situé dans une zone explorée par les groupes russes Loukoïl et Bachneft qui avaient obtenu leur licence l'année dernière. L'accident aurait été causé par l'ouverture d'un vieux puits, a indiqué Viktor Ivkine, chef de la branche locale du ministère des Situations d'urgence. 

 «Ce puits avait été scellé il y a longtemps», a-t-il dit à l'AFP. «Les ouvriers ont perdu le contrôle du puits», a indiqué la branche russe de l'ONG WWF dans un communiqué. 

«Heureusement, l'accident s'est produit loin de la côte et n'a pas pollué la nature de l'Arctique», écrit l'ONG tout en estimant que cet accident illustre les risques liés à l'exploration de pétrole en Arctique.

 Le numéro un du pétrole russe Rosneft a signé en août 2011 un accord stratégique avec le géant américain ExxonMobil pour explorer l'Arctique russe. 

La semaine dernière, les deux groupes ont finalisé leur accord en lançant des projets «d'ampleur sans précédent» dans les zones «offshore» russes de l'Arctique où sont concentrées les plus importantes réserves d'hydrocarbures du monde.

Source @ AFP
_______________________________________________________________________________________________________________________________ _______________________________________________________________________________________________________________________________



....Au Soudan 
Le site pétrolier de Heglig, crucial pour le Soudan, très endommagé HEGLIG  

Le principal site d'exploitation pétrolière soudanais, dans la zone frontalière disputée de Heglig, était très endommagé après les combats de ces dernières semaines, selon un correspondant de l'AFP qui a pu se rendre lundi sur place. 

 Un réservoir ainsi que huit générateurs ont été détruits par des incendies, tandis que du pétrole se répandait sur le sol du site géré par la compagnie Greater Nile Petroleum Operating Company (GNPOC), pris le 10 avril par l'armée sud-soudanaise. 

Khartoum avait annoncé vendredi la reconquête de Heglig, mais l'armée sud-soudanaise a pour sa part affirmé avoir mené, sous la pression internationale, un retrait volontaire et progressif achevé dimanche. Lundi matin, la zone était jonchée de cadavres de soldats sud-soudanais, selon le correspondant de l'AFP. Abdel Azim Hassan, un ingénieur soudanais de la GNPOC, a accusé les troupes sud-soudanaises d'avoir saboté les installations pétrolières de Heglig, qui représentaient la moitié de la production pétrolière soudanaise depuis la partition en juillet 2011. 

Ils ont détruit la principale centrale électrique alimentant les champs de pétrole et la centrale de traitement, a-t-il déclaré, ajoutant que des saboteurs professionnels avaient également détruit les salles de contrôle et le système de sécurité de la centrale de traitement.

 La compagnie cherche maintenant à relancer manuellement les unités de production aussi vite que possible, a précisé M. Hassan, alors que l'arrêt de la production pétrolière de Heglig depuis le 10 avril a plongé encore un peu plus l'économie soudanaise dans la crise. Les tensions restent vives entre les deux Soudans, qui ne parviennent pas à s'entendre sur le tracé de la frontière et le partage des revenus pétroliers. 

Source © AFP

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire